Action-Jazz-Logo-Couleurs-01.png

Alain Fleche / 10 avril 2021

DIRK VOGELER, LAURENT ROCHELLE  :  Clarinette basse, Sax soprano

Promenons-nous dans les bois… Bois chantant et enchanteurs. Bois des clarinettes et des anches. Bois où nichent et s’ébrouent des volatiles bavards. Le titre de l’album est moins une référence à C.Parker, malgré la large place dévolue à l’improvisation, les mesures syncopées, les courtes mais attachantes mélodies distillées tout au long du disque, et ce fameux swing, étalon du mode Jazz qui permet le balancement du corps, et crée l’urgence du discours, qu’un rapprochement vers d’autres passionnés des chants oiseaux : O.Messian, E. Dolphy ou D.Cherry !
Bois touffus ou clairsemés hébergeant des babillements fiévreux, des piaillements obsédants, la folie douce s’émancipant des lois de la gravité, des prises de becs rapidement résolues par l’entente naturelles nécessaire à la poursuite d’un projet commun : traduire la joie et la sérénité d’une promenade en dehors de la civilisation humaine, et, croyons-le, ce n’est que du bonheur que de s’éloigner un instant des obligations, des conflits, compétitions et intérêts  humains divers, même si la nature n’est pas toujours tendre avec les espèces soumises aux lois de la survie…
Deux soufflants, donc, nourris d’une formation classique, lorgnant vers le Trad. élargie par le World, un peu de Rock, une pointe de latino, un gros penchant pour la liberté Jazz,  c’est finalement leur talent de compositeurs-improvisateurs qui les réunit un beau jour de 2018.  Et leur penchant champêtre (!?) Bonne idée que de nous balader parmi des senteurs de mousse, brindilles et fleurs sauvages qui iront à la construction de nids où naît la vie, pleines de sons, d’émotions, de rencontres… et d’amour d’être ensemble !

Saxicola Rubí et nos voisins du nord

Le duo occitan a présenté son premier album à l'Institut Francais de Barcelone.

Ruta del Jazz / 18 février 2021 / Marti Ferré

Il y a quelques années, l'Institut français était l'un des lieux du Barcelona Jazz Festival. Dans cette institution emblématique, le public a pu profiter de certaines des propositions les moins connues du festival. C'étaient celles qui venaient des Pyrénées au-delà, d'une des scènes les plus intéressantes de toutes, la française, digne représentant de ce que l’on pourrait qualifier de «jazz européen». Au cours de ces années, l'auditorium très fonctionnel de l'Institut français de Barcelone a été témoin de nuits glorieuses, comme celles du groupe formé ad hoc par Louis Sclavis et Michel Portal, entre autres, avec des projections du photographe Guy Le Querrec; ou la visite du batteur Daniel Humair, maître dans son art, ou celle du saxophoniste Sylvain Cathala, avec la grande Sarah Murcia à la contrebasse; ou celle du superbe duo formé par Émile Parisien (saxophone) et Vincent Peirani (accordéon).

À quelques exceptions près, le jazz de la francophonie traverse à peine les Pyrénées, ou l'Himalaya, selon l'ami et grand photographe Joan Cortès. Il faut donc s’arrêter sur des événements tels que le Jazzèbre de Perpignan, pour profiter d'un large éventail de propositions magnifiques de nos voisins du Nord. Une vraie honte, si vous voulez, ou, si vous préférez, une occasion de vous faire plaisir avec la vie culturelle de la Catalogne et, puisque nous y sommes, du sud de l'Hexagone, pour commencer.

De temps en temps, cependant, en dehors du paragraphe précité du Barcelona Jazz Festival, on trouve des surprises sur le programme, comme la visite, le 11 février, du duo occitan Saxicola Rubí. Formée de deux souffleurs, Laurent Rochelle et Dirk Vogeler, Saxicola Rubi doit son nom à un oiseau du même nom, saxicola rubicola, également connu ici sous le nom de tarier pâtre. Rochelle et Vogeler font de la musique inspirée de l'univers ornithologique, un fait très courant dans le domaine du jazz, mais en aucun cas ils n'entendent le lier, par exemple, à la figure de Charlie Parker.

La proposition de Saxicola Rubí n'a pas grand-chose à voir avec l'œuvre du genial Bird. Ils abordent plutôt l'univers de l'hétérodoxie du jazz, de l'hybridisme et surtout du timbre, de l'exploration stylistique, à partir des instruments avec lesquels ils font de la musique: la clarinette basse, d'une part, et le saxophone soprano, d'autre part. Ce n'est qu'en quelques titres précis qu'ils combinent le saxophone avec la clarinette. Rochelle et Vogeler définissent sa proposition comme un «palindrome musical». Ils utilisent également des termes tels que «miroir» pour décrire ce qui est en fait une sorte de tête à tête entre les deux instrumentistes: de l'unisson à la complémentarité, au changement  des fonctions tour à tour.

Ils se sont produits pour la première fois à Barcelone et l'ont fait pour présenter leur premier album, Ornithologismes (Linoleum, 2020), inspiré, comme nous l'avons dit, du monde des oiseaux. En fait, on pourrait parler d'un certain goût pour l'aménagement paysager, pour la préciosité aussi, et avec un certain lyrisme, peut-être plus lié au vol d'un oiseau qu'à sa morphologie. Il y eut aussi des réminiscences qui nous conduisirent, au passage, dans le monde de ses compatriotes Sclavis et Portal. Par exemple dans des compositions telles que «Feirabend» ou «Morgen».

Des thèmes courts, les leurs, presque des chansons, séquentielles et souvent avec des fins abruptes, qui n'étaient pas toujours d'esprit Sclavis ou Portal. Pas en vain, il serait injuste d'ignorer la personnalité de Rochelle et Vogeler en tant que créateurs. De plus, de temps en temps, on nous servait des contrepoints surprenants, comme "Midi nonante", un morceau joyeux, aux airs presque caribéens, nettement différent du ton profond et mélancolique d'une bonne partie du répertoire.

"Midi nonante" et presque le reste des compositions se sont démarqués par leur précision mélodique et leur dynamisme rythmique. Dans l'ensemble, le tout reposant sur une conception basée sur la nudité, la symétrie et, bien sûr, la complicité entre les deux interprètes. Outre les chansons précitées, des morceaux tels que «Moon Talk», «Caravan Blue» ou le très cinématographique «La mélodie du Tao» ont été joués.

Saxicola Rubi a rouvert l'activité culturelle en direct de l'Institut français, suspendue depuis septembre dernier. Félicitations au public pour célébrer la reprise des spectacles avec un choix comme celui-ci. Et si vous me le permettez, un souhait: j'espère qu'un jour les propositions de nos voisins ne seront pas si chères à voir.

https://www.nuvol.com/la-ruta-del-jazz/saxicola-rubi-i-els-nostres-veins-del-nord-155665

Openjazz.jpg

" un disque extrêmement séduisant" Alex Duthil Open jazz décembre 2020

Pour la sortie de leur disque chez Linoleum / inouïe,

le duo Saxicola Rubi sera diffusé sur FRANCE MUSIQUE dans l'émission OPEN JAZZ d'Alex Duthil

https://www.francemusique.fr/jazz/jazz-bonus-saxicola-rubi-ornithologismes-90459

m-e-n-s-u-e-l-intramuros-hebdo-web.jpg

novembre 2020

"Laurent Rochelle est un habitué des formes poétiques originales, de celles qu'on ne croise pas sur toutes les scènes et qui montrent que la musique est polyforme et multimodale. Cet "Ornithologismes" est de cet acabi." Gilles Gaujarengues

Saxicola Rubi ouvre la saison de Millau en Jazz

8 janvier 2020 Journal de Millau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONCERT C’est Saxicola Rubi qui va avoir la lourde tâche d’inaugurer la saison 2020 de Millau en Jazz, ce vendredi 10 janvier à 20h30 au CREA.

Saxicola Rubi, c’est la rencontre de deux « souffleurs » et improvisateurs pour un dialogue entre sax soprano et clarinette basse. Tels deux oiseaux sur une branche, Dirk Vogeler et Laurent Rochelle, l’un Saxicola l’autre Rubi, tissent d’infinis discours tels des aventuriers acrobates sur les branches de l’improvisation.

Dirk Vogeler relie le traditionalisme à un jeu personnel, qui fait de lui un mélodiste libre dans différents styles, s’exprimant aux saxophones ténor et soprano et à la clarinette basse. Il débute ses études de saxophone en Allemagne et poursuit son chemin de manière autodidacte. Il joue avec Going Gaga, Giant Steps, Slang, Schräg, Esencia Latina, Adhocquartet et Mandiwa. Alors que sa passion pour la composition se confirme, il rencontre son futur acolyte Laurent Rochelle, avec lequel il crée le duo.

Au début de son parcours musical, Laurent Rochelle écrit pour des formations en tant que leader et réalise de nombreuses tournées en France et à l’étranger. En 2003, il crée son propre label. Il compose depuis pour différents projets (Okidoki, Prima Kanta…) et joue avec Marc Sarrazy, Didier Labbé et Catherine Vaniscotte. C’est en 2018 que l’idée de Saxicola Rubi apparaît.

Du jazz « haute voltige » pour un moment de complicité tout en arabesques. Ces deux oiseaux enchanteurs sauront vous séduire.

En première partie sera présenté l’ensemble de la saison.

https://www.journaldemillau.fr/2020/01/08/saxicola-rubi-ouvre-la-saison-de-millau-en-jazz/